AU PAYS VERT DES MONEDIERES

La Vézère au"Rocher des Folles"

Les Monédières

 Adossées au Plateau de Millevaches, le massif des Monédières est la partie méridionale de la montagne limousine. Le site s'étend de la vallée de la Vézère à celle de la Corrèze. Le puy de la Monédière ( 919 mètres ) en est le point culminant et donne son nom au massif.

Les monts des Monédières, au sous-sol granitique, présentent des formes arrondies, rabotées par l'érosion et sont très boisés.

Le Suc au May possède une table d'orientation inaugurée en 1935 par Henry de Jouvenel.

Par beau temps, on peut y apercevoir les points culminants du Massif Central : le puy de Sancy ( 1886 m ) et les monts du Cantal.

 

La Pierre des Druides

 

Le Saut de la Virolle

 

Cascades de Laval

La vallée de la Vézère

 

La vallée sauvage et boisée de la Vézère, située en amont du lac des Bariousses, recèle de nombreuses espèces végétales remarquables telles l'ail victorial, l'arnica, la gentiane, la véronique, la potentille...et en 1995, y a été découverte la fougère " polystichum lonchitis " dont c'est la seule station connue en Limousin.

Ce site abrite également une importante faune sauvage: 14 espèces de papillons, 7 de chauve-souris, de nombreux oiseaux et rapaces ainsi que des loutres ont été recensés.

En 1996, au saut de la Virolle, a été découverte une larve de mouche qui vivait dans une feuille. Celle-ci a été transmise pour identification à l'INRA de Montpellier et il s'est avéré que l'espèce était inconnue de la science!

Un chemin pédestre balisé depuis le village de Coissac ( à 10 kms de Treignac ) permet d'accéder à ce site préservé.

 

 POEME DE JEAN VINATIER

 

 

Un rocher,

Un arbre,

Une source. 

 

 

 J'ai voulu au déclin de ce jour, et en achevant ce livre, écouter la voix de notre Vézère. Et voici ce qu'elle chantait pour moi, comme elle chante pour vous :

"Je suis la Vézère.

Il y a 100 000 ans que je suis jeune.

Il y a 100 000 ans que je suis belle.

Il y a 100 000 ans que je cours dans la gorge profonde.

Les grands arbres encadrent mon lit, guident ma course, ombragent mes eaux.

J'entends, tout près d'ici les flots clairs de l'Alambre.

Et comme la mère et la fille mêlent leurs chevelures à l'heure des confidences,

Ainsi nous mêlons nos eaux vives.

Je suis la Vézère.

Il y a 100 000 ans que je suis jeune.

Il y a 100 000 ans que je suis belle.

Il y a 100 000 ans que je cours de Treignac au Saillant.

Je suis la fée des gorges et la reine des gouffres.

J'entoure la porte des Monédières d'une ceinture d'argent.

Sur la boucle, pendant 1 000 ans,

J'ai enchâssé comme un bijou le château des Comborn

Et j'ai été, pour lui, comme un miroir de rêve.

Porte des Monédières et cité de l'accueil,

Je te salue, Treignac et te donne mon nom.

Voici la ville aux trois faubourgs.

La ville aux trois châteaux.

La ville aux trois clochers.

La ville aux trois portes et la ville aux trois ponts.

Comme il fait bon rêver, par les beaux jours d'été,

C'est la verte douceur des soirs sur les prairies.

C'est la douce fraîcheur des matins sur la lande.

Il y a 100 000 ans que je suis jeune.

Il y a 100 000 ans que je suis belle.

Il y a 100 000 ans que j'inventais le Saut de la Virolle.

J'entends les Mille Sources qui m'appellent là-haut.

Le vent des Monédières est comme une berceuse.

Je deviens maintenant bergère du Plateau.

Et je m'en vais garder des troupeaux de nuages.

Tout doucement dans le silence,

Comme l'enfant qui va dormir, entouré de tendresse au fond de son berceau,

Je m'en vais doucement vers mes sources limpides,

Je m'en vais, fredonnant au milieu des "roubières".

Là les rochers moussus m'entourent par centaines.

Là, les landes, l'hiver, se gorgent d'eau glacée.

Là, le ciel limousin éclaire ma naissance.

Entendez-vous chanter la bruyère et la lande?

Entendez-vous les voix qui bercent mon enfance?

Il y a 100 000 ans que je suis belle.

Il y a 100 000 ans que je suis jeune.

Je reste la Vézère et je suis votre amie."